Ciné : Black Swan, un futur chef d’oeuvre ?

Comment adapter « le double », fameuse œuvre de Dostoïevski ? C’est la question que s’est posée Darren Aronovsky le réalisateur de Black Swan. Et c’est en voyant une version du lac des cygnes il y a des années qu’il s’est dit que c’était le moyen de l’adapter. Vous l’aurez compris Black Swan parle de ballet mais, attention, il ne faut pas forcément aimer le ballet pour comprendre tout l’intérêt du film.
Le pitch est très simple : Nina danseuse étoile rêve d’interpréter le rôle de sa vie dans le lac des cygnes. Sauf qu’une nouvelle danseuse étoile arrive et risque de briser son rêve.
Au premier abord, une histoire assez banale, sauf que rien n’est jamais banal quand il s’agit du cinéma de Darren Aronovski. Le film est classé dans les thrillers parce qu’il faut une catégorie mais, en vérité, il est un mélange de genre impressionnant. On aborde ici le thème de la psychologie, de la schizophrénie ou encore de l’évolution de l’état d’adolescente à celui de femme. On évoque aussi le thème de l’obsession de la perfection comme un exutoire pour le réalisateur qui est connu pour toujours la rechercher dans ses films.
Black Swan est une vraie descente aux enfers jouée par une Natalie Portman excellente. Elle a d’ailleurs déjà reçu le golden globe de la meilleure actrice dramatique pour son rôle de Nina et elle est pressentie pour l’oscar de la meilleure actrice.

Black Swan sort mercredi prochain et c’est un film à voir absolument.